Une forêt de laine et d'acier

03/14/2018

« Un parfum de forêt, à l’automne, à la tombée de la nuit.

Le vent qui berçait les arbres faisait bruisser les feuilles.

Un parfum de forêt, à l’heure précise où le soleil se couche.

À ceci près qu’il n’y avait pas la moindre forêt alentour. Devant mes yeux se dressait un grand piano noir. Pas de doute possible : c’était bien un piano, laqué et imposant, au couvercle ouvert. À côté se tenait un homme.

Il m’adressa un regard furtif, sans un mot, avant d’enfoncer une touche du clavier.

De la forêt dissimulée dans les entrailles de l’instrument s’élevèrent une nouvelle fois ces effluves de vent dans les feuilles.

La soirée s’assombrit un peu plus.
J’avais dix-sept ans. »

Traduit du japonais par Mathilde Tamae-Bouhon

 

 

 

Please reload

Médiathèque Laruns © 2017 / site : Valérie Perlein

rue du Général de Gaulle 64440 Laruns

  • Facebook Clean